Avant de disparaitre (Notes sur Senses, Ryusuke Hamaguchi, 2018)

senses-hamagushi

À la fin du deuxième épisode, Jun s’adresse à une inconnue dans un bus :  “j’aime réunir les gens”, lui dit-elle. Après cette rencontre, elle décide pourtant de partir, laissant ses amies derrière elle. Le véhicule s’enfonce dans un tunnel, profitant du noir pour céder sa place à un train, dans lequel Daiki (le fils de Sakurako) pose paisiblement sa tête sur celle de sa copine. Cette transition subtile n’est pas anodine puisque la dernière séquence du troisième épisode joue la rencontre entre Jun et Daiki, les deux ayant pour ambition de partir. Lire la suite « Avant de disparaitre (Notes sur Senses, Ryusuke Hamaguchi, 2018) »

Les frères Safdie : Cinéma Marginal

good-time

Parmi les films préférés de Benny et Joshua Safdie, on retrouve en tête de liste Le Voleur de Bicyclette (1948) de Vittorio De Sica. Ce n’est pas étonnant, le chef d’œuvre du néo-réalisme italien transparaît quelque peu à la vision des deux premiers films des new-yorkais, nouvelles coqueluches du cinéma d’auteur, très indépendants, issus de la mouvance qu’on appelle aussi Mumblecore. Lire la suite « Les frères Safdie : Cinéma Marginal »

Un contre-champ féminin de Gomorra

lintrusa

On parle tellement de criminalité, de corruption et de mafia en Italie que, malheureusement, ce sont souvent les trois premiers mots qui viennent à l’esprit lorsqu’on parle du bel paese. Le même discours arrive dès qu’on parle du cinéma : souvent les cinéastes majeurs en Italie se retrouvent à parler de ces sujets et les critiques français leur reprochent qu’on voudrait voir autre chose de l’Italie que des guerres de gangs criminelles et/ou des représentations de la vie politique tellement grises et sombres qu’on en regretterait l’empire de Nerone. Lire la suite « Un contre-champ féminin de Gomorra »

L’image manquante

carre-35

Dans le cimetière français de Casablanca, le panneau du carré 35 a disparu. Le carré 35 est manquant. C’est cette parcelle du cimetière qui est sensée abriter le caveau de la sœur d’Eric Caravaca. Une sœur qu’il n’a pas connu, partie prématurément (à 6 ans apprendra t-on) et dont sa mère a longtemps caché l’existence. Le film pose d’emblée le mensonge familial à travers la dissimulation d’un passé qu’il n’est visiblement pas utile de faire ressurgir, blessant tous ceux qui le concernent. Lire la suite « L’image manquante »

Outrage-Outremarge

outrage-coda

Clôture très efficace à la trilogie commencée sept ans plus tôt, Outrage Coda prolonge jusqu’à l’extrême le diagnostic de la société japonaise malade bloquée entre tradition et refus de la tradition. Les codes yakuzas explosent tout en restant dans la limite du cadre mafieux primaire: puisque la loyauté, la fierté et l’honneur ne sont plus des valeurs ancrées chez le yakuza, il ne subsiste que le désir du pouvoir et la cupidité.

Lire la suite « Outrage-Outremarge »