Accéder au contenu principal

Quelques éclairs, beaucoup de bruit, sur Détective Pikachu de Rob Letterman

De quoi Pokemon : Détective Pikachu fait-il le portrait ? Cette nouvelle adaptation délaisse l’animation au profit de Pokémon Go : un nouveau pas est franchi pour la déclinaison de la franchise nippone qui a toujours joué sur un effet de porosité entre le virtuel et le réel [1] mais celui-ci bute contre une certaine conception condescendante du cinéma.

Poursuivre la lecture de « Quelques éclairs, beaucoup de bruit, sur Détective Pikachu de Rob Letterman »

Stand by me, sur A Plague Tale : Innocence

Les premières minutes du prologue placent le décor et donnent le ton à un jeu qui sera assurément troublant. Amicia de Rune est la fille d’un seigneur d’Aquitaine. Son petit frère, Hugo a été enfermé depuis la naissance par sa mère qui a consacré sa vie à essayer de comprendre et le guérir d’une mystérieuse maladie, appelée la macula. L’Inquisition, sous les ordres de l’archevêque Vitalis et de son bras droit, le chevalier Nicholas, vient chercher Hugo pour des raisons encore obscures. La détermination de la troupe de Nicholas la conduit à assassiner brutalement la famille et l’intégralité des habitants du domaine des De Rune. Les enfants, devenus orphelins doivent alors prendre la fuite sans se retourner. Dans A Plague Tale : Innocence, nous sommes en 1348, la peste sévit en France.

Poursuivre la lecture de « Stand by me, sur A Plague Tale : Innocence »

La foi sous les décombres, sur Tenzo de Katsuya Tomita.

De jeunes garçons sont au seuil d’un temple de la branche zen Sôtô. Au terme de leur apprentissage au cours duquel ils suivront les préceptes de Bouddha, ils deviendront tous moines. Katsuya Tomita introduit son film dans un montage effréné, dévoilant au rythme des tambours divers plans montrant l’éducation et la vie à l’intérieur du temple. Poursuivre la lecture de « La foi sous les décombres, sur Tenzo de Katsuya Tomita. »

Mille désirs de cinéma, sur Douleur et Gloire de Pedro Almodóvar

Difficile exercice que d’arriver après la bataille et finalement se décider à écrire (ou essayer d’écrire) sur un film qui aura déjà autant marqué. Ce n’est une surprise pour personne, la presse française s’est accordée pour dire que Douleur et gloire, le dernier film de Pedro Almodóvar est un chef d’œuvre, et a commencé à rêver de la palme tant convoitée. Poursuivre la lecture de « Mille désirs de cinéma, sur Douleur et Gloire de Pedro Almodóvar »

L’envol des lucioles, sur Los Silencios de Béatriz Seigner

Los Silencios est née d’une confidence, révélée par une amie d’enfance de Béatriz Seigner. La cinéaste brésilienne s’inspire de cette histoire pour écrire celle d’une famille colombienne qui se réfugie de la guérilla sur l’Ile Fantastique, la Isla de la Fantasia, une zone neutre située en région amazonienne. Ce conflit s’étend depuis les années 1960, opposant les révolutionnaires (FARC), l’Armée de libération nationale (ELN) et le gouvernement (paramilitaire). En 2018, d’après une étude du Centre National de la Mémoire Historique (CNMH), 215 000 civils et 46 813 combattants ont été tués. Poursuivre la lecture de « L’envol des lucioles, sur Los Silencios de Béatriz Seigner »

Un jeu de grands enfants, sur Jessica Forever de Caroline Poggi & Jonathan Vinel

Jessica Forever commence par une tentative de suicide et s’achève par un suicide collectif. Avant Jessica, les « orphelins » erraient seuls, essayaient de survivre, de prévenir une éventuelle exécution par les autorités. Jessica croit en un monde utopique où des jeunes meurtriers auraient le droit de rédemption, le droit d’avoir une famille. Au départ du récit, ces garçons sauvages sont dix : Michael, Lucas, Julien, Raiden, Trésor, Magic, Léopard, Dimitri, Sacha et Maxime. Poursuivre la lecture de « Un jeu de grands enfants, sur Jessica Forever de Caroline Poggi & Jonathan Vinel »

¡Viva el capitalismo!, sur Les Oiseaux de Passage de Ciro Guerra & Cristina Gallego

Le réalisateur de L’Etreinte du Serpent (2015), Ciro Guerra et la coréalisatrice Cristina Gallego filment les terres de la Guajira, province colombienne sur la pointe nord du pays qui englobe la frontière vénézuélienne et les Wayuu, peuple amérindien, qui y habitent. La partie de la région mise en lumière par le film est complétement désertique et les Wayuu vivent en clans loin des étrangers. Poursuivre la lecture de « ¡Viva el capitalismo!, sur Les Oiseaux de Passage de Ciro Guerra & Cristina Gallego »

Voyage au bout de l’enfer redneck, sur Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper

En 1974, Tobe Hooper réalise son deuxième et plus célèbre long-métrage qui est The Texas Chainsaw Massacre. Ce film conte la virée d’un groupe de jeunes dans le Texas. Celle-ci tourne très rapidement au cauchemar lorsqu’ils croisent la famille Sawyer, qui s’avère être une bande de fous psychopathes, anciens bouchers qui travaillaient en abattoir jusqu’à ce que celui-ci ferme. Depuis, la famille se déchaîne sur les passants un peu trop imprudents, tout en pratiquant la profanation de sépultures, pour essentiellement brûler un trop-plein d’énergie qui ne cesse de s’accumuler depuis que l’abattoir a fermé. Poursuivre la lecture de « Voyage au bout de l’enfer redneck, sur Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper »

James Gray, partir et être ici

D’un départ, d’une arrivée. Qu’avons-nous face à nous ? La douceur du plan d’introduction de The Immigrant (2013) nous immisce dans ce qui semble être le début d’un rêve. Sous la brume vaporeuse d’un avenir aux contours indécis, la mythique Statue de la Liberté fait son apparition, où l’illusion s’entremêle au réel – si toutefois le réel existe. America, America [1], nous voilà, l’Anatolie ne restera qu’un vague souvenir. L’éruption d’une silhouette nous encourage à s’avancer, résistance au mouvement inverse d’une caméra qui s’éloigne étrangement. Retour brutal à la réalité d’un songe à peine commencé, où l’avidité de nos pas met fin à l’aveuglement : la figure émancipatrice nous tourne le dos. Poursuivre la lecture de « James Gray, partir et être ici »

Horizon perdu, chemin retrouvé

Dans Lost Horizon (Frank Capra, 1937), adaptation du livre éponyme de James Hilton paru en 1933, l’avion de Robert Conway ­– ­­ un diplomate, écrivain, ancien soldat et héros national anglais – s’écrase dans les montagnes tibétaines. Conway vient d’extrader des dizaines d’anglais de Chine alors qu’une révolution a éclatée.  Il sort totalement indemne du crash, de même que les autres passagers ­– son frère, un vandale, un dandy et une jeune femme qui veut mourir. Poursuivre la lecture de « Horizon perdu, chemin retrouvé »

Mon jeu et ma droite

(À propos de : À la droite du jeu, je vous salue manette. Sur Youtube, par Pier -re. Mars 2019)

Pier –re est un vidéaste singulier qui officie depuis quelques temps sur Youtube. Dans ses vidéos, il s’interroge sur plusieurs plans de recherche au sujet du jeu vidéo. Plans idéologiques, poétiques et philosophiques. Ses courts films prennent souvent la forme d’essai, il les définit par le terme très juste d’« expression libre ». Sa nouvelle expression libre, teasée quelques jours avant sur les réseaux sociaux est cette fois plus longue et plus ambitieuse. Poursuivre la lecture de « Mon jeu et ma droite »

Conserver la mémoire et pratiquer les rituels de la vie dans Birth of a Nation

Birth of a Nation est le film que réalise Nate Parker en 2016. Le film se présente comme le biopic de Nat Turner, esclave noir qui mena une révolte dans le comté de Southampton en Virginie, en 1831, contre les colons blancs. Étant donné le contexte historique et socio-politique présent, la question de la mémoire est prépondérante. Effectivement, cette mémoire se construit à travers l’enfer que fut l’esclavage au XIXe siècle dans le sud des Etats-Unis. Poursuivre la lecture de « Conserver la mémoire et pratiquer les rituels de la vie dans Birth of a Nation »

Du côté de Belfast, Sur la plages de Belfast d’Henri-François Imbert

Le 31 Août 1994, l’Armée Républicaine Irlandaise provisoire décide d’un cessez-le-feu durant le conflit Nord-Irlandais « The Troubles » qui dure depuis la fin des années 1960. Quatre jours après, le cinéaste français Henri-François Imbert est en voyage à Belfast pour enquêter sur l’origine d’une pellicule Super 8 laissée inachevée dans une caméra offerte quelques années auparavant. Une enquête qui construit et donne naissance à son film Sur la plage de Belfast. Poursuivre la lecture de « Du côté de Belfast, Sur la plages de Belfast d’Henri-François Imbert »