L’invitation au voyage : Le journal intime de Nanni Moretti, voyages en terres cinéphiles (2/7)

Sans titre-1.jpg

Le cinéma occupe une place particulière, parfois centrale, dans les films de Nanni Moretti. Depuis la salle de cinéma jusqu’au tournage d’un film dans le film, les occurrences sont nombreuses au fil de son œuvre. Dans Journal Intime (1994) le cinéma apparaît en filigrane au cours de ses déplacements, de ses voyages. Il semble de fait souvent convoqué dans une forme d’interrogation politique. En premier temps le souvenir cinéphile et cette réflexion s’inscrivent au bout d’une opposition entre deux cinémas. Celui, contemporain, de James McNaughton, réalisateur d’Henry, portrait d’un serial killer (1990), et celui de Pier Paolo Pasolini, un cinéma regretté. Lire la suite « L’invitation au voyage : Le journal intime de Nanni Moretti, voyages en terres cinéphiles (2/7) »

L’invitation au voyage : À l’aube du deuil (1/7)

traindenuit

La rédaction d’Amorces s’engage chaque année à livrer une anthologie de textes en partenariat avec le cinéma L’Ecran à Saint-Denis et Les Journées Cinématographiques Dionysiennes. Cette année la thématique était « L’invitation au voyage ».
Certains cinéastes ont une pratique nomade du cinéma, parfois par choix, parfois par un concours de circonstance. C’est comme si les films naissaient de rencontres fortuites, d’accidents. Et dans leurs récits, cette question de l’accident est toujours centrale et sans cesse reposée, rejouée, comme si le monde en dépendait.
Plusieurs questions autour du voyage seront abordées au cours de cette anthologie mais tous sont animés par une même question, peut-être la plus difficile et la plus évidente, où se mêle l’espace et le temps : où suis-je ?

Lire la suite « L’invitation au voyage : À l’aube du deuil (1/7) »

Ayka, le rouge et le blanc

featured_ayka-film_small.jpg

Œuvre poisseuse, amère, sirupeuse, Ayka dresse l’état d’un personnage en fuite, dans la ville de Moscou emportée sous la neige. Par l’instauration d’une caméra naviguant au sein de la blancheur de l’espace, suivant de près Ayka, jeune femme errante échappée d’une maternité, l’œuvre est toute entière imprégnée par la sécrétion : celle du sang, d’abord, qui irrigue la chair des plans jusque dans leur surface. Lire la suite « Ayka, le rouge et le blanc »

Entretien avec Tinam Bordage : « Je ressens la transgression comme un sentiment de liberté »

entretientinambordage

Créateur du site et du festival Sadique-Master, Tinam Bordage est spécialiste de la culture underground. Développant sa pensée autour du sujet, il a également écrit un essai sur la thématique de l’extrême qui aborde la question cinématographique à travers le prisme de la violence. Il nous paraissait donc évident de nous entretenir avec lui sur la place qu’il prend dans le milieu du cinéma horrifique, et de son avis sur les problématiques liées au genre.

Lire la suite « Entretien avec Tinam Bordage : « Je ressens la transgression comme un sentiment de liberté » »

Entretien avec Yann Gonzalez : « Je suis entré par effraction dans le cinéma »

entretiengonzales.jpg

Yann Gonzalez est un cinéaste français, réalisateur d’un premier long-métrage en 2013 avec Les Rencontres d’après minuit. Son dernier long-métrage Un Couteau dans le Coeur est sorti durant cet été 2018, et s’inspire des giàlli des années 1960-1970 de Mario Bava ou Dario Argento. Le même été sort Ultra Rêve, où son court-métrage Les Îles est programmé en compagnie de After School Knife Fight de Caroline Poggi et Jonathan Vinel, ainsi que Ultra Pulpe de Bertrand Mandico ; trois cinéastes avec lesquels il entretient de profonds rapports amicaux et artistiques. Pour Amorces, Yann Gonzalez nous fait part de ses réflexions et revient sur son esthétique et ses différents motifs qui traversent ses œuvres.

Lire la suite « Entretien avec Yann Gonzalez : « Je suis entré par effraction dans le cinéma » »