Accéder au contenu principal

Auteur : Cloé Berton

Orwell sur le rivage, sur Entre deux rives de Kim Ki-Duk

Le filet d’un modeste pêcheur nord-coréen se prend dans le moteur de son canot. Il se retrouve alors de l’autre côté du rivage, en Corée du sud, devenant ainsi captif d’un destin, forcé à prendre une voie sans échappatoire.

Très vite, Nam Chul-woo (Ryoo Seung-bum) se voit pris entre deux forces ennemies, la Corée du Nord et du Sud. Les huit premières minutes d’Entre Deux Rives sont un enchaînement d’actions : le film s’ouvre sur la famille de Nam Chul-woo au matin, le départ solitaire vers le lac, le contrôle de routine auprès des autorités puis brusquement l’incident du filet pris dans les hélices. Poursuivre la lecture de « Orwell sur le rivage, sur Entre deux rives de Kim Ki-Duk »

L’envol des lucioles, sur Los Silencios de Béatriz Seigner

Los Silencios est née d’une confidence, révélée par une amie d’enfance de Béatriz Seigner. La cinéaste brésilienne s’inspire de cette histoire pour écrire celle d’une famille colombienne qui se réfugie de la guérilla sur l’Ile Fantastique, la Isla de la Fantasia, une zone neutre située en région amazonienne. Ce conflit s’étend depuis les années 1960, opposant les révolutionnaires (FARC), l’Armée de libération nationale (ELN) et le gouvernement (paramilitaire). En 2018, d’après une étude du Centre National de la Mémoire Historique (CNMH), 215 000 civils et 46 813 combattants ont été tués. Poursuivre la lecture de « L’envol des lucioles, sur Los Silencios de Béatriz Seigner »

À l’aube du deuil, sur Train de Nuit de Jerzy Kawalerowicz

La rédaction d’Amorces s’engage chaque année à livrer une anthologie de textes en partenariat avec le cinéma L’Ecran à Saint-Denis et Les Journées Cinématographiques Dionysiennes. Cette année la thématique était « L’invitation au voyage ».
Certains cinéastes ont une pratique nomade du cinéma, parfois par choix, parfois par un concours de circonstance. C’est comme si les films naissaient de rencontres fortuites, d’accidents. Et dans leurs récits, cette question de l’accident est toujours centrale et sans cesse reposée, rejouée, comme si le monde en dépendait.
Plusieurs questions autour du voyage seront abordées au cours de cette anthologie mais tous sont animés par une même question, peut-être la plus difficile et la plus évidente, où se mêle l’espace et le temps : où suis-je ?

Poursuivre la lecture de « À l’aube du deuil, sur Train de Nuit de Jerzy Kawalerowicz »

La résistance Polonaise, Andrzej Wajda

En 1939, l’Allemagne nazie et l’URSS se partagent la Pologne, l’objectif étant d’éviter une éventuelle attaque entre les deux Etats par un pacte de « non-agression ». Un pacte signé par les ministres des affaires étrangères Molotov et Ribbentrop qui prédéfinit l’avenir d’un pays dans lequel la mort de plusieurs millions de polonais est provoquée. Le pays devient alors l’attraction première par l’absurdité d’une logique indigeste. Poursuivre la lecture de « La résistance Polonaise, Andrzej Wajda »

Une amitié sans lendemain, sur Down By Law de Jim Jarmusch

Les yeux grands ouverts, deux femmes sont allongées nues dans deux lieux séparés, leurs regards suivent les ombres de deux hommes qui peu à peu disparaissent. Jack (John Lurie) et Zack (Tom Waits) sont liés dès le départ par ces longs plans latéraux, comme si on nous menait d’un lieu à un autre,  le long d’un fil – celui du destin? Plusieurs éléments présents dans la suite de Down By Law de Jim Jarmusch sont exposés dans l’ouverture : cette voiture qui rappelle celle dans laquelle Zack se fera arrêter par la police, le cimetière pour le meurtre de Roberto (Roberto Benigni), un lac dans lequel on retrouvera notre trio sur une barque puis une cabane près des bois où ils se cacheront. Poursuivre la lecture de « Une amitié sans lendemain, sur Down By Law de Jim Jarmusch »