Accéder au contenu principal

La transpiration au bout des doigts, sur Heave Ho du Cartel Studio

Heave Ho (« oh hisse ») est un jeu d’apprentissage, Heave Ho peut paraitre dur, mais Heave Ho est avant tout très drôle. Party game développé par Le Cartel Studio (créateurs de Mother Russia Bleed) et édité par Devolver Digital, Heave Ho est un jeu en coopération local dans lequel nous contrôlons un personnage composé seulement d’une tête et de deux longs bras. Le concept est simple : se soulever, se balancer, se jeter, et surtout créer des chaines avec ses partenaires, afin d’atteindre une plateforme en forme de demi-cercle. Mais aussi, et c’est là que le jeu devient vraiment difficile, il faut réussir à transporter une pièce jusqu’à la ligne d’arrivée. Ces pièces obtenues, servent ensuite à acheter des costumes afin de personnaliser nos personnages. Heave Ho peut se jouer à plusieurs mais aussi en solo, l’expérience étant foncièrement différente, car il s’agit surtout ici de battre ses propres records, transformant l’expérience en speedrun.

Le jeu est au premier abord difficile car il possède une physique bien à lui, qu’il faut apprendre à gérer avant qu’elle nous devienne tout à fait naturelle, rappelant alors celle de Getting Over It (Bennett Foddy, 2017) ou encore Human Fall Flat, (No Brakes Games, 2016). Ce n’est qu’une fois l’apprentissage principal assimilé que l’intelligence du gameplay, pourtant simple, s’offre à nous. La maniabilité est telle que nos doigts cramponnés aux boutons LB et RB (sur PC) ne font plus qu’un avec nos personnages crispés par la peur de tomber. Tandis qu’ils transpirent de toute leur tête, nous transpirons du bout des doigts. Il y des moments où tout s’emmêle dans notre tête, et on se sait plus quel bouton correspond à quel bras (un mode débutant est disponible afin d’associer la couleur des gants à notre droite ou notre gauche). Lâcher prise est alors un risque à prendre où l’on s’écrasera lamentablement dans une giclé de peinture, à moins d’avoir eu le bon réflex au dernier moment, transformant alors notre bêtise en action mémorable.

 

Toutes ces prises de risque font de Heave Ho un jeu unique dans lequel on a envie d’expérimenter et voir comment notre personnage va se comporter si on décide par exemple d’effectuer un saut de l’ange au dernier moment. Unique aussi par tous les petits détails environnementaux qui composent son univers. Les voix de nos personnages, leurs grimaces, la panique d’un personnage abandonné par ses camarades, les moqueries de ces derniers. Mais aussi dans le décor, où des oiseaux font leur besoin au-dessus de notre tête, ou bien un lama passe en plein milieu de l’écran afin de lâcher un gaz obstruant trois quarts de l’écran. Les créateurs veulent nous en faire baver et ils le font bien, en prenant alors un malin plaisir à nous mettre des battons dans les roues alors que nous sommes déjà en train de trimer.

Heave Ho est un jeu où l’on rigole beaucoup, tout le temps en fait. On se moque de nous même, mais aussi de l’autre. La plupart du temps on rigole de notre mort. Car si la mécanique principale du jeu est de se soulever par la force de ses bras, il faut surtout et finalement ne rien lâcher ou alors bien réfléchir avant de le faire.

Adeline Maturana


Heave Ho développé par Le Cartel Studio, édité par Devolver Digital, est disponible sur PC et Switch.