Sans titre-1.jpg

Les filles et fils du Jianghu est le titre original du film de Jia Zhang-Ke. Le Jianghu – littéralement « des rivières et des lacs » – représente des individus vivant en marge d’une société dans laquelle ils ne veulent pas s’intégrer. Bin et Qiao font partis de ces marginaux. Bin, chef de la pègre local à Datong dans la province du Shanxi, Qiao provenant d’une petite ville minière également dans la province du Shanxi. Elle fait ainsi un voyage récurent entre les bras de Bin et ceux de son père luttant, épuisé, contre une société de plus en plus capitaliste. Le film est une succession de voyages, commençant par celui d’un groupe d’ouvriers, accompagné d’une petite fille – possiblement la figure enfantine de Qiao – , précédant ainsi tous les voyages que fait Qiao entre 2001 et 2018.

Prise en plein milieu d’une rixe entre Bin et un gang de jeunes, Qiao se retrouve en prison pour avoir utilisé une arme à feu afin de le sauver. Sortant 5 ans après, elle part à la recherche de Bin. Elle voyage à travers la Chine pour finalement revenir chez elle lorsqu’elle apprend que Bin s’est retrouvé une compagne. Durant ses différents trajets, elle y voit son pays en plein progrès technologique, à travers tous ces trains qu’elle emprunte, le suivant toujours plus développé que le précédent. Mais c’est aussi le voyage du cinéaste dans sa filmographie, qui filme depuis 2001 la région des Trois Gorges – des vidéos personnelles mais aussi Paradis perdu et Still Life – où la construction d’un barrage menace des villes entières. C’est aussi le voyage du cinéma à travers tous ces plans aux textures si différentes, de la pellicule à la caméra DV, de la dernière caméra RED aux images filmées du smartphone que nous ne voyons pas.

LES-ETERNELS-VISUEL-5-©-2018-Xstream-Pictures-Beijing-MK-Productions-ARTE-France-Cinéma-1620x1080

Le Jianghu, Jia Zhang-Ke le dit, appartient à ceux qui n’habitent nulle part. Et il y a ce moment où Qiao se retrouve dans un train, entourée de personnes plus perdues les unes que les autres dans ce pays qui est le leur. Elle y rencontre cet inconnu essayant tant bien que mal de s’intégrer en se faisant passer pour un patron d’une compagnie touristique. Il leur expose son projet : une balade touristique dans le désert chinois sur la trace des ovnis. Il y croit, et Qiao, jouant le jeu, fait semblant d’y croire. Pour cet inconnu les ovnis sont les témoins de la condition de l’homme sur Terre : ils y sont prisonniers. Qiao, prisonnière de Bin, croisera les ovnis dans une séquence hallucinée.

Quant à Bin, lui qui n’habite nulle part – dans les saunas, les salles de jeux, ou encore les chambres d’hôtel – il revient voir Qiao, handicapé à la suite d’un AVC. Elle dirige un tripot dans lequel elle a embauché d’anciens hommes de main de Bin. Le tripot s’organise dans l’illusion d’un passé qui n’est plus, obéissant à des règles traditionnelles auxquelles les jeunes ont du mal à se plier parfois, le simple fait de respecter son ainé par exemple. Bin, quand bien même il est immobilisé, finira tout de même par retrouver sa motricité, fuyant alors un milieu qu’il ne reconnait et ne contrôle plus. Il laisse derrière lui Qiao, dubitative, filmée à travers une caméra de surveillance. Cette caméra est à la fois témoin du passé et du présent. Passé, car elle invoque une imagerie, une texture qui en 2019 parait bien lointaine pour le spectateur (comparée à la 4K, voir 8K…), immortalisant ainsi son personnage au cœur d’une époque dans laquelle elle se renferme. Mais aussi symbole sans équivoque, d’une société aujourd’hui sous surveillance, de l’homme dans l’illusion de sa liberté.

Adeline Maturana

LES-ETERNELS-VISUEL-6-©-2018-Xstream-Pictures-Beijing-MK-Productions-ARTE-France-Cinéma-1620x1080


Les Eternels (江湖儿女, Jiānghú érnǚ, 2019) Scénario, Réalisation : Jia Zhang-Ke Photographie : Eric Gautier  Musique : Lim Giong Acteurs principaux : Zhao Tao, Fan Liao, Zheng Xu, Feng Xiaogang, Yi’nan Diao Production: Shangai Film Group, XStream Pictures, MK Production, Huanxi Media Group Limited Date de sortie : 27 Février 2019


images : Les Eternels (Jia Zhang-Ke, Ad Vitam Distribution)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s