mario+lapins-cretins

Personne n’y croyait tant le pari était cruellement risqué, l’association impossible, et pourtant la convergence des deux univers fonctionne. Une expérience ratée et le royaume Champignon se retrouve envahi par les Lapins Crétins. Mario et ses nouveaux amis (Lapin Luigi et Lapin Peach, rapidement rejoint par d’autres compagnons de route) devront alors remettre de l’ordre dans ce théâtre chaotique. Mais a-t-on vraiment envie de remettre de l’ordre? Entre deux combats acharnés c’est finalement dans le bordel que le jeu trouve toute sa beauté, son intelligence.  Le joueur se balade dans un théâtre burlesque où tout semble en harmonie. La beauté du burlesque, c’est Charlie Chaplin et Buster Keaton qui évoluent dans un monde qui ne semble pas taillé pour eux. C’est aussi l’humour absurde jusqu’au-boutiste des Marx Brothers. Dans un décor qui se métamorphose en instrument pour orchestrer les magnifiques compositions de Grant Kirkhope, de-ci de-là les Lapins Crétins s’approprient maladroitement les espaces, nous arrachant parfois un petit rire honteux. C’est dans la pantomime que la narration est la plus forte. Pour cela on regrette souvent les interventions inutilement explicatives, faussement drôles, de Beep-0, ce robot que l’on aurait aimé ne pas avoir à contrôler du tout (tant nos yeux se focalisent sur Mario, source de collisions agaçantes pendant les phases de puzzle où il faut être rapide).
Le
gameplay, inspiré des jeux X-Com (Firaxis Games), laisse sans doute moins de place au hasard – ce qui n’est pas une mauvaise chose, au contraire –  ne pardonne pas non plus les erreurs. Après avoir sué, abandonné, perdu, maintes et maintes fois pour trouver la bonne stratégie, la bonne combinaison de personnages, la victoire affublée d’un “Parfait” ne peut que flatter notre amour-propre. Lapin Luigi nous applaudit avec un enthousiasme timide – le burlesque est là – nous n’avons pas d’autre choix que de continuer vers la prochaine bataille.  

Adeline Maturana

LikelyPeriodicCamel.gif

 


Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle (Ubisoft, 2017) testé sur Nintendo Switch


images : Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s