Accéder au contenu principal
Sauter le carrousel

« FaceHugger », sur dont_forget_me développé par The Moon Pirate

La lumière s’allume. Fran se réveille en sursaut dans un laboratoire niché au centre d’une ville rétro-futuriste. Bernard, prothèse en guise de cerveau et barbe noire plutôt bien taillée, est assis près de son bureau. La radio tourne. La navette Bebop a réussi son décollage. Soit. Mais maintenant c’est l’heure de travailler. On change la musique pour se mettre dans l’ambiance, vérifie que tout est bien en place, et la première cliente arrive. Poursuivre la lecture « « FaceHugger », sur dont_forget_me développé par The Moon Pirate »

Autobiographie ludique, sur Lie In My Heart d’Expressive Gamestudio

Lie In My Heart est un jeu autobiographique dans lequel le créateur et chercheur Sébastien Genvo décide de partager une période de sa vie avec le public. Un matin, alors que son ex-femme, Marie, doit aller chercher son fils à l’école, Sébastien vient toquer à sa porte pour savoir ce qu’il se passe. Sans qu’il ne puisse rien faire, elle met fin à ses jours. Poursuivre la lecture « Autobiographie ludique, sur Lie In My Heart d’Expressive Gamestudio »

La transpiration au bout des doigts, sur Heave Ho du Cartel Studio

Heave Ho (« oh hisse ») est un jeu d’apprentissage, Heave Ho peut paraitre dur, mais Heave Ho est avant tout très drôle. Party game développé par Le Cartel Studio (créateurs de Mother Russia Bleed) et édité par Devolver Digital, Heave Ho est un jeu en coopération local dans lequel nous contrôlons un personnage composé seulement d’une tête et de deux longs bras. Poursuivre la lecture « La transpiration au bout des doigts, sur Heave Ho du Cartel Studio »

Orwell sur le rivage, sur Entre deux rives de Kim Ki-Duk

Le filet d’un modeste pêcheur nord-coréen se prend dans le moteur de son canot. Il se retrouve alors de l’autre côté du rivage, en Corée du sud, devenant ainsi captif d’un destin, forcé à prendre une voie sans échappatoire.

Très vite, Nam Chul-woo (Ryoo Seung-bum) se voit pris entre deux forces ennemies, la Corée du Nord et du Sud. Les huit premières minutes d’Entre Deux Rives sont un enchaînement d’actions : le film s’ouvre sur la famille de Nam Chul-woo au matin, le départ solitaire vers le lac, le contrôle de routine auprès des autorités puis brusquement l’incident du filet pris dans les hélices. Poursuivre la lecture « Orwell sur le rivage, sur Entre deux rives de Kim Ki-Duk »

The Last Guardian, victime de l’avancée technologique

The Last Guardian, dernière création de Fumito Ueda (Ico, Shadow of the Colossus) sort fin 2016 après presque une décennie de développement. Présenté pour la première fois durant l’E3 2009, le jeu semblait pourtant être déjà prêt. A l’instar de Final Fantasy XV, autre arlésienne vidéoludique, The Last Guardian sera constamment repoussé à cause de problèmes techniques. Poursuivre la lecture « The Last Guardian, victime de l’avancée technologique »

A demain, sur Mia Madre, Nanni Moretti

Si Journal Intime (1993) peut être considéré comme l’œuvre pivot de Nanni Moretti, faisant aisément la synthèse des films passés tout en amorçant la composante des suivants, Mia Madre marque certainement un nouveau palier dans la filmographie et un aboutissement sur la question du deuil, récurrente au fil de l’œuvre. Depuis Le Caïman (2006), Moretti acteur s’efface plus progressivement et prête sa personne à travers des personnages alter-egos tandis qu’il préfère y incarner les seconds rôles qui permettent le plus souvent de soutenir l’attitude et la psychologie du protagoniste. Poursuivre la lecture « A demain, sur Mia Madre, Nanni Moretti »

L’Idiot, sur Les Mille et une Nuits, Miguel Gomes

« Je suis bête et l’abstraction me donne le vertige. »
L’alter-ego cinéaste de Miguel Gomes dans Les Mille et une nuit, volume 1 : L’inquiet.

Miguel Gomes, alors réalisateur de deux longs et d’une poignée de courts-métrages, inaugurait la décennie avec Tabou ( Tabu, 2012), film centré autour de l’imaginaire portugais de la colonisation. D’abord situé dans le Portugal contemporain, le film racontait la curiosité grandissante d’une cinquantenaire nommée Pilar pour sa voisine de palier, Aurora, qui vit avec sa gouvernante Santa. Aurora, frappée de sénilité, commençait à délirer sur sa vie passée en Afrique, tirant alors le quotidien morne de cette banlieue de Lisbonne vers la mélancolie d’une vie exotique passée. Poursuivre la lecture « L’Idiot, sur Les Mille et une Nuits, Miguel Gomes »

The Truth has no temperature, sur Cartel, Ridley Scott

Une moto verte traverse à toute allure l’immensité du désert, au loin dans une chambre à coucher un couple se réveille sous des draps blancs. Ils procèdent ensuite à du « sex-talk » et font l’amour, en prenant autant de plaisir par le verbe que par le contact physique, le langage cru employé ayant un effet libérateur sur le personnage prude joué par Penelope Cruz. Poursuivre la lecture « The Truth has no temperature, sur Cartel, Ridley Scott »

Allées et venus d’une histoire, sur Les Films Rêvés d’Eric Pauwels

« Voilà, ce serait là, doux comme un rêve. C’est un objet lancé vers l’inconnu. Cela pourrait s’appeler, cela s’appellerait : les films rêvés.»

Ce serait. Eric Pauwels est l’un des rares cinéastes à avoir su réaliser un film au conditionnel, un film capable de raconter des histoires qui n’existent pas et qui pourtant sont bien présentes, quelque part entre les plans. Dans Les films rêvés, ce même cinéaste rêve d’une œuvre qui contiendrait toutes ses histoires jamais réalisées, vaste fresque où se mêleraient restes de projets, archives familiales et vidéos glanées au fond d’un jardin. C’était il y exactement dix ans : Pauwels s’apprêtait à offrir ses images à une nouvelle décennie, comme nous nous y préparons actuellement. Poursuivre la lecture « Allées et venus d’une histoire, sur Les Films Rêvés d’Eric Pauwels »

Entretien avec Jordan Mintzer

Jordan Mintzer, critique, auteur de deux livres d’entretien (James Gray et Darius Khondji aux éditions Synecdoche) et producteur américain, a accepté de nous rencontrer afin de parler de l’œuvre de James Gray, à l’occasion de la sortie d’Ad Astra, son dernier film. En outre, il nous parle aussi de cinéma européen, américain ainsi que du système de production et de consommation des films en Amérique.  On le remercie pour sa générosité et le temps qu’il nous a accordé.

Poursuivre la lecture « Entretien avec Jordan Mintzer »

Un pas fragile, Doc Geraud, 2019

Un pas fragile est un jeu très court, une expérience ludique de dix minutes, dans laquelle le développeur « Doc Geraud » et sa petite équipe, nous invitent dans l’univers de Camille, une petite grenouille que les joueur.ses accompagnent tout au long de l’aventure. Un va et vient entre la maison de la rainette et son école de danse jusqu’au grand final : une représentation devant un public. Poursuivre la lecture « Un pas fragile, Doc Geraud, 2019 »